Deux exemples d’expérimentations mortelles

Abstract: The anatomical dissection of dead bodies can be considered as some kind of experimentation. Among the parameters that the experimenter can vary—to support a theory, highlight certain facts, or carry out precise measurements—are the circumstances of the death itself. Two examples, taken from Marin Mersenne’s correspondence, may help to illustrate this idea.

 

L’étude d’un cadavre n’implique pas seulement des observations ; elle peut également susciter des expérimentations, au sens où il est possible, lors d’une dissection par exemple, de faire varier des paramètres pour appuyer une théorie, mettre en évidence certains faits, ou procéder à des mesures précises. Parmi ces paramètres que l’expérimentateur peut faire varier, il faut compter les circonstances de la mort elle-même : deux exemples, tirés de la correspondance de Marin Mersenne [1], en fourniront l’illustration.

1) En 1631-1632, Mersenne est aux prises avec Jean Rey (1583-1635), médecin du Périgord et auteur des Essais sur la recherche de la cause pour laquelle l’étain et le plomb augmentent de poids quand on les calcine (1630). En matière de cadavre, l’opinion de Rey est « conforme à celle du commun et de tous les Philosophes » (CM III, 243) : un animal est plus lourd mort que vivant. Le fait étant tenu pour acquis, il ne reste plus qu’à trouver une théorie qui l’explique [2]. Selon Rey, « toute augmentation de poids se fait ou par addition de matière ou par étrécissement de volume [3] » ; or l’on ne constate aucune addition de matière dans la mort ; donc il doit y avoir étrécissement de volume, ce qui est « très raisonnable » à croire, « car la chaleur qui dilatait les parties s’évanouissant, leur apetissement s’ensuit ».

Mersenne ne conteste pas d’abord la théorie, c’est le fait qu’il met en doute, au nom de l’expérience : « un chien et une poule […] pèsent plus vifs que morts, quoique de bien peu » (CM III, 190). Cette expérience a été faite collectivement, et avec « le plus grand soin ». Elle est corroborée par des observations du médecin italien Santorio Santorio (1561-1636) sur les corps humains (CM II, 443). Mersenne encourage Rey : « vous pourrez vous-même l’expérimenter », écrit-il, pourvu que la mort du chien ou de la poule advienne par étouffement – sans quoi la variation du poids pourrait résulter d’une perte de sang ou de poils.

Rey reproduit donc l’expérience, et constate le même résultat que Mersenne : doit-il pour autant réviser sa théorie ? Rien n’est moins sûr. Selon lui, par étouffement, on retient « contre sa nature » l’air « au-dedans de l’animal », et cet air dilate les veines et les artères, l’augmentation de leur volume provoquant la diminution (accidentelle) du poids de l’animal bouffi. Pour corriger cette diminution du poids, Rey propose de faire varier deux paramètres. (a) Le temps : si on laisse reposer le cadavre, les vaisseaux devraient se dégonfler et l’animal, comme l’affirme l’opinion commune, être plus lourd mort que vivant. (b) Les circonstances de la mort : si au lieu d’étouffer l’animal, on le saigne, on constatera l’augmentation du poids de son cadavre, et ce même s’il a « perdu plusieurs gouttes de sang et que beaucoup de vapeurs s’en [sont] exhalées » (CM III, 243).

Là où Rey propose de modifier une expérience au nom d’un principe théorique, Mersenne exige au contraire que l’on révoque ce même principe au nom des expériences. Selon Mersenne, ses expériences sont « si assurées que, s’il est besoin, je vous les ferai signer par un médecin et un docteur qui ont été présents, tant incontinent [= tout de suite] après la mort, que douze et vingt-quatre heures après » (CM III, 280). Par conséquent, Rey – qui confond la masse et la densité… – a tort de penser qu’il y a un rapport « sensible » entre la variation du volume de l’animal, lors de l’étouffement, et la variation de son poids : une « balle de tripot » (jeu de paume) qui a vingt fois moins de volume que la laine dont elle est faite, n’en pèse pas pour autant plus lourd !

Deux manières de faire consensus se dégagent de cet échange entre Rey et Mersenne : là où le premier privilégie « l’opinion commune des docteurs » pour guider ses observations, le second estime que seule une expérimentation précise, collectivement contrôlée et reproductible, constitue le bon point de départ pour une élaboration théorique. Un autre exemple montrera, cette fois-ci chez les amis de Mersenne, une préoccupation similaire.

2) En 1622, Gaspare Aselli (v. 1581-1626) découvre par hasard l’existence des « veines lactées » (qui transportent la lymphe, points B sur l’illustration). Seule une vivisection opérée sur une animal pouvait révéler l’existence de ces veines, jusqu’à ce que Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) invente un dispositif expérimental pour contourner l’impossibilité d’une vivisection humaine [4].

En effet, une dissection étant prévue sur les yeux du cadavre d’un condamné à mort, Peiresc, en sa qualité de conseiller au Parlement de Province, « profite » (le mot est de Gassendi : CM IV, 340) de l’occasion pour aménager les conditions de l’exécution, de manière à rendre visibles les veines lactées (ce qui suppose qu’elles soient remplies de chyle, liquide produit lors de la digestion). On fait donc « copieusement dîner » le « patient » juste avant son exécution (anticipée), tout en s’assurant que le chirurgien pratique la dissection « le plus diligemment » possible après la mort, afin que le chyle n’ait pas eu le temps « de s’écouler jusqu’au foie » (CM IV, 251).

L’expérience fait l’objet d’un certain nombre de comptes rendus destinés à la communauté savante, dont l’un est de Gassendi (CM IV, 339-341) ; ces comptes rendus se caractérisent par leur précision, notamment lorsqu’ils comprennent mention du lieu (le théâtre anatomique de l’université de Provence), de la date (le mercredi 19 juillet 1634), de l’heure (5h30 à 6h00 du matin) et du public présent (« plus de 30 ou 40 témoins »). Notons pour finir que les énoncés protocolaires se veulent aussi neutres que possibles : si l’on constate par exemple que, six ou sept heures après son repas, le condamné a mal digéré choux et vin, l’on se garde bien d’assigner pour cause certaine à ce phénomène… « l’appréhension de la mort » du condamné.

 

LOUIS ROUQUAYROL

[1] Correspondance du P. Marin Mersenne, éd. par Mme P. Tannery, C. De Waard, B. Rochot et A. Beaulieu, Paris, 17 volumes, 1945-1988 (dans le corps du texte : CM, puis le numéro du volume et la page ; nous modernisons l’orthographe et la ponctuation).

[2] Voir, pour une théorie différente menant aux mêmes conclusions, la lettre de Jean-Baptiste Van Helmont (médecin belge) du 30 janvier 1631 (CM III, 62).

[3] Ce principe est basé, dans l’Essai, sur l’expérience (voir p. 94 : « Battez longtemps à froid une pièce de fer, vous unirez ses parties, et étrécirez son volume, alors montrera-t-elle plus de poids, étant mise sur la balance »).

[4] Impossibilité que Samuel Sorbière, qui assiste à l’expérience, attribue aux « lois » et à « l’humanité » (Discours sceptique sur le passage du chyle…, 1648, p. 40).


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Louis Rouquayrol (March 4, 2024). Deux exemples d’expérimentations mortelles. NOTCOM. Retrieved July 22, 2024 from https://notcom.hypotheses.org/3144


Louis Rouquayrol

From September 2023 to August 2025, Louis Rouquayrol is a postdoctoral researcher (CNRS) in the framework of the NOTCOM project.

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search